(fr) RES 08

La cité écologique :
droit de cité pour la nature et les environnementalistes

Cette séance est consacrée à l’examen de la théorie de la justification de Boltanski et Thévenot du point de vue de la problématique du cycle RES. Cette théorie montre notamment que les différends peuvent être discutés à partir d’ordres cohérents de valeurs appelés « cités ». L’essentiel de la conférence porte sur la quête de la cité écologique, celle-ci commence avec l’analyse de 3 textes consacrés à cette question par Lafaye et Thévenot, Latour et Godard. Cette analyse montre que ces trois textes font bien avancer la question, mais qu’ils partagent deux options qui bloquent leur recherche de la cité écologique : ils cherchent une écologie sans écologistes et sont réticents à envisager que l’enjeu central du domaine puisse être la nature. Si l’on envisage au contraire que les mouvements environnementalistes sont moteurs du domaine et qu’il s’agit bien de nature telle qu’eux la définissent, alors, on débouche sur la mise en évidence de la cité écologique. Celle-ci répond bien aux exigences de la théorie de la justification et reflète bien le discours propre des organisations environnementalistes. C’est l’occasion de montrer encore certaines résistances qui s’opposent à la claire reconnaissance de la perspective environnementaliste. Cela permet aussi de mettre en discussion des aspects intéressants de la théorie de la justification.

Durée de la conférence : 2h10
Date : 17 novembre 2006, exposé dans le cadre du séminaire doctoral du groupe RGTE.
Lieu : ENGREF, Montpellier.

Vous pouvez télécharger ici :
– la synthèse


– le support visuel
– le fichier audio
– les notes et références

Comments are closed.